Prendre rendez-vous en ligneDoctolib

Comment gagner en confiance et booster son Estime de Soi ?

Estime de Soi

L’ estime de Soi

Qu’elle vienne d’une profonde timidité ou d’une éducation défaillante, elle mène plus ou moins aux mêmes résultats. Nous ne nous sentons pas à notre place, nous n’avons pas confiance en nous et les rares fois ou une étincelle de bien-être pointe le bout de son nez, nous ne savons pas d’où elle provient et encore moins comment la reproduire.

Une étude approfondie peut nous permettre de reconnaître les signes avant-coureurs et nous aider à nous adapter aux situations de la vie.

Commençons tout d’abord par faire un petit tour dans l’histoire et plus précisément l’histoire de l’éducation à travers les siècles.

Historique

Lloyd de Mause a édité un livre nommé “The History of Childhood” (l’histoire de l’enfance) où il retrace, d’un point de vue historique, l’évolution de la relation parentale du 11e au 18e siècle. Sans rentrer dans les détails du livre, car ici n’est pas le propos, on s’aperçoit très vite, à la lecture de celui-ci, que l’être humain est un réel survivant qui revient de loin. Entre les sévices portés aux enfants, parfois juste pour le goût du jeux, l’indifférence la plus totale, et la violence tant morale que physique, il n’y a que l’embarras du choix ! 

Si nous sommes aujourd’hui un peu mieux choyés, pour certains, par nos parents, ce n’est pas grâce à Charlemagne, mais plutôt grâce à Jean-Jacques Rousseau. En effet, celui-ci a milité, en son temps, pour éveiller les esprits vers une attention toute particulière envers les besoins des enfants, en publiant un traité d’éducation (en dépit du fait qu’il ait abandonné ses 5 enfants 🤔).

Nous sommes, à l’heure ou j’écris, au 21e siècle, donc 3 siècles après J-J Rousseau et nous nous posons encore la question de l’éducation parentale. Toutefois, je rappelle qu’il a fallu au moins 7 siècles (du 11e au 18e) pour que quelqu’un ose parler et mettre en avant les besoins des enfants. Alors patience et gardons l’espoir !

À notre époque, encore une personne sur 3 n’a pas grandi dans un environnement sécurisant et aimant. De plus, comme je l’ai mentionné sur la page Coaching Perso de mon site : “nous recevons en moyenne 7 remarques négatives contre 2 remarques positives par jour”…. Pas de quoi valoriser l’estime de Soi, mais tout n’est pas perdu !  

Dans les années 80-90, je me souviens avoir été activement à la recherche de livres en développement personnel, et force était de constater qu’il n’y en avait pas beaucoup. À l’heure actuelle, il y en a tant et plus, assez pour que chacun puisse y trouver son compte. Ne voyons-nous pas d’ailleurs, fleurir comme des pâquerettes, les coachs en développement personnel ? C’est bien la preuve, qu’au-delà du besoin d’évoluer, il y a aussi une réelle demande. Demande qui, si elle n’est pas là pour aider les autres, a au moins le mérite d’aider ceux qui la pratiquent !😉

Tout en gardant à l’esprit ces faits historiques, revenons-en un peu à nos moutons… 

L’estime de Soi, souvent confondue avec la confiance en Soi, est un ensemble composé de 

  1. L’amour de Soi, 
  2. L’image de Soi 
  3. La confiance en Soi 

Ces trois grands groupes sont imbriqués les uns dans les autres, c’est pourquoi il est assez facile de les confondre. Cependant, en avoir la connaissance importe peu. Seuls les symptômes et leurs conséquences vont avoir un impact majeur dans notre vie de tous les jours.

J’ai longtemps pensé que seule la confiance en Soi était quelque chose d’évolutif, mais je me suis vite reprise en réalisant, à mes dépens, que l’image de Soi et l’amour de Soi peuvent aussi l’être, tout dépend des situations dans lesquelles nous nous trouvons. 

Pour ma part, si d’un côté je mettais souvent l’accent sur mon aspect extérieur, je n’avais aucune idée de ce que pouvait être l’amour de Soi, ni même que cela pouvait exister ! Comme quoi, moi aussi je reviens de loin !

Donc, voyons un peu de quoi il retourne, en développant plus avant…

L’amour de Soi

On pourrait croire que cela va de Soi. Et bien non ! 

Levez la main ceux qui ont entendu des “je t’aime” à tout va pendant leur enfance. 

Pour ma part ça n’a pas été le cas, le premier à me l’avoir dit a été mon père, juste après la mort de mon grand-père paternel, j’avais 25 ans. Autant vous dire que cela ne m’a pas du tout semblé naturel, non pas que mon père mentait ou se forçait, mais le fait d’entendre ces mots, m’a paru presque surréaliste, “je t’aime” + moi = deux concepts qui n’allaient pas du tout ensemble. 

Heureusement, après plusieurs mois de formation en coaching, suivis de plusieurs années de développement continu, j’ai enfin pu me regarder dans la glace et me dire “Nathalie, je t’aime”. 20 années s’étaient écoulées entre la première fois ou j’ai entendu ces mots de la bouche de mon père et la fois où j’ai pu les dire ouvertement en me regardant bien en face. Comme quoi, il n’est jamais trop tard ! 

Dove a d’ailleurs fait de très belles publicités sur l’estime de Soi chez la femme, dont celle-ci, où il est demandé aux femmes de nommer une partie de leur corps qu’elles aiment le plus. Eh bien, c’est plus facile à dire qu’à faire. Parler des qualités physiques chez les autres est bien plus naturel que de parler de ces mêmes qualités chez Soi. De plus, la frontière entre amour de Soi et image de Soi est vraiment très mince.

L’image de Soi

En psychologie, il existe plusieurs aspects de Soi. Il y a l’aspect que l’on connaît et que l’on accepte de montrer aux autres, celui que l’on connaît et que l’on garde pour Soi, un peu comme un jardin secret et celui que l’on a “appris” à renier et que l’on rejette plus ou moins violemment, mais que les autres voient. C’est aussi ce que Carl Gustave Jung a appelé les zones d’ombre, mais ne nous étalons pas sur cet aspect, il fera l’objet d’un autre article.

Ici, la partie qui nous intéresse est celle que l’on accepte de montrer aux autres. 

L’image de Soi ne concerne pas que l’aspect extérieur, elle représente aussi l’aspect intérieur, comme la gentillesse par exemple. 

Commençons par l’aspect extérieur. Bien que de plus de plus de personnes militent pour un monde sans déchets, nous sommes tous influencés, voire même poussés à la surconsommation. 

J’ai moi-même travaillé plusieurs années dans une grande entreprise internationale à Paris où il était préférable, si l’on souhaitait rentrer dans le “moule”, d’avoir les derniers accessoires à la mode. Je ne dis pas cela pour critiquer, j’étais moi-même une victime tout à fait volontaire de ce système qui me permettait d’être intégrée auprès des autres. Leur regard et leur approbation étaient très importants pour mon estime personnelle. 

De plus, nous avons souvent tendance à penser que ce que les autres pensent de nous est très important, or s’il y a bien une chose que nous ne pouvons pas contrôler c’est bien ce que les autres pensent. La seule et unique personne sur qui nous pouvons avoir de l’influence, en matière d’estime de Soi, c’est nous-même. 

Ce qui nous amène à l’aspect intérieur de Soi. Comment souhaitons-nous que les autres nous voient ? Comme une personne timide et ennuyeuse ? Ou comme une personne avec laquelle on a envie d’être ? 

Autant il peut être très simple de répondre à cette dernière question, autant la mettre en pratique est bien plus complexe qu’il n’y paraît. 

En effet, nous ne pouvons changer ce dont nous n’avons pas conscience. C’est pourquoi, la toute première chose à faire avant tout changement, c’est de surveiller, en permanence ou en tout cas le plus minutieusement possible, nos pensées “parasites” telles que : “je ne suis pas capable”, “telle personne ne m’aime pas”, “je me sens nulle” etc. afin de les transformer en pensées positives, notamment grâce à des exemples ou des expériences que nous avons pu avoir par le passé et qui nous prouvent le contraire. 

Dove, encore lui 😀, a publié un court métrage très parlant autour du sujet. Un profiler à été mandaté pour dessiner des femmes selon deux aspects. Le premier aspect était la manière dont ces personnes se décrivaient physiquement et le deuxième aspect était selon la manière dont les autres les voyaient… Le résultat parle de lui-même et si vous souhaitez visionner ce magnifique court métrage, c’est par ici

Après avoir visionné ce film de quelques minutes, il nous est plus facile de comprendre l’influence de la confiance en Soi sur l’image de Soi. L’inverse est tout aussi vrai.

La confiance en Soi

Concernant cette dernière partie de l’estime de Soi, si l’éducation parentale y joue un grand rôle, il ne faut pas négliger celui de l’éducation scolaire (en France en tout cas !). En effet, pour avoir moi-même étudié dans 2 pays différents (en France et en Angleterre), j’ai pu constater une disparité énorme entre la pédagogie française et la pédagogie anglaise. 

En France, la pédagogie scolaire, très largement liée à un système obsolète, est très rare, voire quasi inexistante. Attention ! Quand je parle de pédagogie, je veux parler ici du système essentiellement. 

Idriss Aberkane parle d’impuissance apprise, c’est-à-dire qu’il est très facile de faire croire à une personne qu’elle est bête, lorsque celle-ci n’arrive pas à résoudre un problème soi-disant simple, alors qu’en fait ce problème est bien plus complexe qu’il n’y paraît, surtout si l’on n’y est pas préparé. 

De plus, le système de notation des élèves provoque, lui aussi, un fort sentiment de nullité. Il pointe du doigt toutes celles et ceux qui n’ont pas réussi à faire les exercices qu’on leur demande. Ces mêmes exercices qui sont bien souvent semés d’embûches afin de s’assurer que la majorité reste à sa place et se sente encore plus mal à l’aise.

Par exemple, je me souviens d’une professeure de mathématiques en terminale qui nous donnait systématiquement des contrôles sur le programme à venir, mais jamais sur celui que nous avions déjà étudié précédemment. Je vous laisse imaginer le sentiment de nullité que j’avais à chaque examen, alors qu’avec mes professeurs antérieurs, j’avais toujours eu de très bonnes notes en maths. 

Il en va de même dans la vie professionnelle, lorsque l’on travaille pour une personne un tant soit peu impatiente qui s’attend à ce que nous fassions le boulot impeccablement après avoir intégré le poste seulement depuis quelques jours. 

Si l’on prend l’exemple d’une personne qui travaille sur un poste quelconque depuis plusieurs années au sein d’une même entreprise, il est fort à parier que cette personne se sentira en confiance par rapport à ce qu’elle fait. Maintenant si l’on prend cette même personne et qu’on la met sur un poste complètement différent, il va lui falloir un certain temps d’adaptation pour pouvoir gagner à nouveau confiance en elle dans le domaine de son travail. 

De plus, il y a un paramètre important à ne pas négliger qui est celui de l’élan pour ce même travail. En effet, si l’on change pour aller d’un poste que l’on connaît par coeur et que l’on apprécie, pour un poste que l’on ne connaît pas du tout et qui en plus nous ennuie, cela va très largement favoriser la dévalorisation de Soi. 

Enfin, pour dépasser et augmenter sa confiance en Soi, il est aussi impératif de s’écouter soi-même en se basant sur des expériences heureuses du passé, plutôt que d’écouter les autres. La raison en est très simple. Sans en vouloir à Pierre, Paul ou Jacques, toutes celles et ceux qui nous donnent des conseils, le font en rapport avec leurs expériences, ou pire encore, leur rêves non réalisés. Du coup, ils projettent sur nous, une note qui ne nous correspond absolument pas.

Souvenez-vous d’une chose, la confiance en Soi se développe avec l’action et non avec la réflexion.

Quelques exercices pratiques pour développer son Estime de Soi.

  1. Se positionner devant un miroir et se dire : “Nathalie, Lucie, Leon… (votre prénom), je t’aime”. Cela n’a rien à voir avec du narcissisme, c’est un outil très puissant pour développer son amour de Soi. Cet exercice est à répéter plusieurs fois par jour pendant au minimum 21 jours. 

  2. Célébrez toutes vos victoires même les plus petites. Je n’invente rien, je ne suis pas la première à le dire et ne serais certainement pas la dernière, alors je vous invite vivement à la tester pour vous ? Cette méthode à l’air simpliste et pourtant, c’est le démarrage de tout. Pour ce faire, vous pouvez vous créer une liste de 50 petits plaisirs, notez toutes ces choses qui vous plaisent et qui ne coûtent pas plus de 2 euros, pour célébrer vos victoires aussi petites soient-elles. Voici un début de liste pour vous donner un exemple : prendre un bain, faire une longue marche à pied, faire une balade en forêt, regarder le ciel pendant 5 minutes, se masser les pieds, prendre une pause café/thé/chocolat (rayer la mention inutile), observer une fleur, parler à un(e) ami(e), écouter de la musique, dessiner, danser, etc.

     

  3. Créer un jeux de cartes (minimum 7) avec, sur chaque carte, une phrase motivante qui vous touche particulièrement. Piocher une carte par jour. 

  4. Chaque Soir avant de vous endormir, repensez à 3 choses positives, ou qui vous ont touchées agréablement dans la journée. Il a été prouvé que le fait de s’endormir avec une pensée positive, favorise un réveil dans la bonne humeur.

En conclusion

Ne vous fiez pas à ce que les autres disent de vous. Faites-vous votre propre idée de vous même en apprenant, petit à petit, à vous regarder sous un angle bienveillant.

De plus, l’estime de Soi, c’est quelque chose qui se cultive, un peu comme un jardin. Plus vous allez en prendre soin, mieux il va fleurir. Alors, c’est parti ! La chasse aux mauvaises herbes est officiellement ouverte !

Pour aller plus loin

Si vous souhaitez recevoir 30 minutes de coaching gratuit, ciblé sur l’Estime de Soi, vous pouvez remplir le formulaire de contact en cliquant ici. Il vous suffira simplement de mettre le code GRATUIT8 dans la case “sujet”.

Laisser un commentaire